Desperate Housewives

« Et toi, tu fais quoi dans la vie ? » 

« Pour le moment, je m’occupe de mon fils, avant de retourner au travail ». 

Qu’est-ce que je n’ai pas dit ! Je vois dans le regard de l’autre que ma réponse n’était pas celle qui était attendue. À partir du moment où j’annonce que je ne travaille pas, la vision des gens change et pas toujours de manière positive. Même si je précise que c’est temporaire, ma réponse a l’air d’être incorrecte. Et c’est en général à ce moment-là que j’ai le droit à toutes sortes de répliques :

« Tu es femme au foyer ? Cool la vie ! » « Oui, mais toi c’est différent tu es tout le temps en vacances », « Et tu fais quoi de tes journées, tu ne t’ennuie pas trop ? », « Toi tu as dû oublier ce que c’est la vraie vie, en restant à la maison », « Le travail ne te manque pas trop ? », « Ah, tu es femme au foyer, la belle vie quoi ! Heureusement que ton mari assure lui. », « Et sinon tu reprends quand le boulot ? » « Comment ça tu n’as pas eu le temps de faire ceci ? Tu dois vraiment être mal organisée ! » 

Et sans m’en rendre compte, je réponds en étant sur la défensive comme si je devais me justifier de ce choix. Comme si aux yeux des autres, ou de la société j’étais une maman qui est incapable de gérer sa carrière et son enfant. En gros une maman qui n’assure pas ! Et tout doucement, une culpabilité s’installe même si je sais que c’est le meilleur choix pour mon enfant, ce genre de remarque sème le doute.

Pourtant, il y a seulement 40 ans en arrière, ce que je vis aurait été tout à fait normal ! Et les gens, la société, avaient un tout autre regard sur les femmes au foyer. Un regard approbateur plutôt qu’un regard condescendant. Pour moi, le changement des mentalités ne doit pas entraîner une régression vis-à-vis de la femme au foyer.

Alors pour répondre à toutes ces personnes qui se permettent de porter un jugement sur quelque chose qu’ils ne connaissent pas : Oui, femme au foyer, c’est la belle vie. C’est la belle vie parce que je peux m’occuper de mon fils, lui donner l’éducation que j’ai choisie même si cela implique d’être présente à toute heure de la nuit quand il a peur du loup ou de devoir m’occuper de lui lorsque son déjeuner atterrit sur ma nouvelle robe.

La vie de femme au foyer est loin d’être de tout repos, elle est la plupart du temps rythmé par l’emploi du temps des enfants, que ce soit les siestes ou les activités péri-scolaires. Une journée de femme au foyer est souvent trop courte et trop intense pour avoir le temps de s’accorder du temps pour soi.

Bien sûr, le travail peut manquer, surtout les pauses entre collègues ou simplement la reconnaissance d’un travail bien fait. Lorsque l’on se retrouve à la maison, les lois ne sont plus les mêmes : vous vous retrouvez seule face à vos enfants, sans « adultes » à qui parler. Il n’y a plus de collègues sympa avec qui on peut parler des derniers potins ni de reconnaissance de tout le travail accompli pendant votre journée. Alors, je dirais que comme tout travail, le travail de femme au foyer a des points positifs comme des points négatifs, mais que celui-ci reste l’un des plus beaux métiers, car s’occuper de ses enfants est un choix que l’on fait pour eux, on choisit de leur donner (ou du moins essaie-t-on) jour après jours une qualité de vie qui n’a pas de prix.

Pour les prochaines fois que vous verrez une maman (qu’elle soit au foyer ou non), dites-vous bien qu’elle assure en tant que maman et que les remarques stéréotypées ne sont pas les bienvenues ! 😉

Partagez-nous des remarques que l’on vous a déjà faites sur votre rôle de maman – ou de femme !

2 Replies to “Desperate Housewives

  1. Bien décrit ! C’est clair que j’ai aussi eu presque toutes les mêmes remarques.. surtout « mais toi, tu es en vacances tout le temps! ». Je suis d’accord que c’est un choix de rester à la maison s’occuper de ses enfants mais je comprends aussi que c’est pas tout le monde qui trouve la possibilité de pouvoir faire pareil. C’est dommage que aujourd’hui on porte souvent un regard négatif sur « le métier » de maman à temps plein, comme si on le fait car on n’a pas étudié ou ne trouve pas du boulot .. parfois on a le désir, comme tu dis, de se justifier en disant  » j’ai un master et j’ai travaillé pour tel ou tel entreprise mais j’ai fait le choix de mettre ma carrière en pause temporairement car être avec mon enfant est tellement plus important pour moi maintenant! « . Mais plus en plus je trouve moins ce besoin de me justifier – un jour je retournerai dans le monde de travail à temps plein et je travaillerai le reste de ma vie, mais mon enfant est petit maintenant et il grandit trop vite alors c’est maintenant que je peux etre disponible pour lui 🙂 .. Par rapport au temps qu’on a entant que maman au foyer – Entre siestes, ménage et préparation de repas on fait attention de remplir la journée par des activités d’apprentissage adapté à l’âge des enfants, on fait des sorties pour mettre en pratique ce qu’on apprend, on voit d’autres petits copains/copines et leurs mamans et on essaye comme tous parents de leur apprendre de bonnes habitudes, la politesse etc. Oui bien sur, on n’est pas au boulot et on peut s’accorder quelque minutes pour s’assoir dans le canapé si on est fatigué un jour, mais c’est rarement sans être escaladé par un petit bout ou sollicité pour dessiner un bonhomme, un arbre etc. Du temps pour soi ça arrive, mais c’est surtout quand le petit dort! 😉 Si on peut, profitons du temps avec nos petits pendant qu’ils sont petits et pas besoin de justifier quoi que ce soit car etre maman, c’est le plus beau metier! 😀

    1. Merci pour ton commentaire ! Ca fait toujours du bien de voir qu’on est pas la seule dans ce cas 😉

      « Si on peut, profitons du temps avec nos petits pendant qu’ils sont petits et pas besoin de justifier quoi que ce soit car etre maman, c’est le plus beau métier! » Tu as trop raison : profitons de nos petits bouts, tant qu’on le peut (ils sont encore petits mais plus pour très longtemps ;))!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *