Toutes ces choses dont on ne parle jamais

En ce qui concerne la maternité, il y a un tas de choses qu’on tait, peut-être par peur d’effrayer (Ma grossesse entre utopie et retour à la réalité). Il y a donc aussi beaucoup de choses qu’on découvre lorsque l’on est jeune maman.

On ne parle (presque) jamais des suites de l’accouchement et de ce qui se passe après. Ni de notre corps qui change et qui ne fonctionnera plus jamais de la même façon. Ni de notre propre regard envers nous-même qui se modifie : nous avons appris à ressentir ce qu’il y avait au-dedans de nous avec un petit être qui bouge et qui se déplace dans notre ventre.

Toutes ces choses pas très glamour après la maternité, qu’on préfère taire, plutôt que de les partager. Et c’est aussi peut-être pour ça que les nouvelles mamans ne s’attendent pas à ce que leur corps, l’idée qu’elles se font d’elle-même, changent.

Mais pour les rassurer et aussi parce que je suis passée par là : on oublie ce par quoi on passe pour avoir un enfant ! Peut-être aussi parce que les côtés positifs sont tellement plus nombreux que les côtés négatifs, qu’on a vite fait de les effacer de notre mémoire. Alors oui, il est vrai que nos mères et nos grands-mères avaient raison : on oublie.

Parce qu’un jour, j’ai oublié tout ce par ce quoi je suis passée. Parce que mon Chouchou devient grand, et qu’au final, pour moi il a toujours été la, d’une manière ou d’une autre. J’ai même oublié qu’il est passé par la case « ventre de maman ». Et je me demande même comment cela a été possible !

Heureusement que parfois je ressens des petites séquelles de ma grossesse et qu’une petite douleur survient pour me rappeler que même si c’était dur, c’était surtout beau de porter et de donner la vie.

Parce que notre corps nous rappelle que nous avons quand même fait un exploit en portant la vie et en donnant naissance. Heureusement, il y a quelques marques indélébiles pour que l’on se souvienne que ce n’était pas si facile que ça de porter la vie mais que c’est ce qu’il y a de plus beau et que c’est aussi pour cela qu’on a envie de recommencer.

Parce qu’il faut le dire, avoir des enfants est un privilège. Une grande responsabilité mais un grand privilège à la fois, parce que sans eux la vie serait moins jolie. 

Sans mon chouchou ma vie serait un long fleuve tranquille mais elle manquerait clairement de saveurs !

« La vie n’est pas un long fleuve tranquille mais elle offre quelques îles de tendresse. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *