TEMOIGNAGE – Mon Prince n’était pas charmant

Julie, 26 ans, était en couple pendant 3 ans avec l’Homme, celui qu’elle croyait être le prince de sa vie.  Malheureusement, le conte de fées n’a pas pris la tournure attendue, et elle nous raconte ce par quoi elle est passée. Voici son témoignage

Ayant grandi dans une famille mono-parentale, je n’ai jamais vraiment su ce que c’était d’être en couple, et donc depuis toute petite j’ai idéalisé le mari/conjoint comme la seule chose permettant d’accéder au véritable bonheur. Et enfin ce jour tant attendu est arrivé : un homme, plus âgé, s’est intéressé à moi. Je suis directement tombée sous son charme, j’avais enfin un homme, un vrai. Dès le départ, je me suis investie corps et âme dans cette relation, qui, j’avais l’impression, me donnerait la clé du bonheur.

Depuis petite, j’imaginais l’avenir parfait comme la majorité se le représente : le mari et les enfants qui s’amusent avec le chien dans le jardin de la maison de banlieue chic. Ce but me tenait énormément à coeur et me permettait d’affronter la tristesse du quotidien : j’avais un plan et je mettais tout en oeuvre pour m’en approcher.

Lors de ma rencontre avec l’Homme, mon plan a commencé à se mettre en route, j’avais enfin trouvé la personne avec qui construire ma vie. Dès le départ, j’ai commencé à idéaliser cet homme et à prendre des décisions uniquement en fonction de notre hypothétique avenir commun. J’ai donc ignoré tous les drapeaux rouges qui m’indiquaient le contraire. Le dicton « l’amour rend aveugle » a pris tout son sens dans mon couple. Pourtant, la liste des choses qui me dérangeait chez lui était longue: grossier, insolent envers des personnes de ma famille, grosse divergence d’opinion politique, une relation fusionnelle avec sa mère, etc.

Il m’arrivait parfois d’être lucide sur le fait que notre couple n’était pas fait pour durer. Et lorsque cela arrivait je créais « un plan de sauvetage », avec discussions sincères, soirées romantiques et vacances en amoureux. Sur les 3 ans et demi, j’ai fait 3 « plans de sauvetage ». Ma détermination pour atteindre le bonheur parfait avec mon premier amour était à toute épreuve. Et ma situation me donnait la force de continuer : j’avais déjà franchi plusieurs étapes, pour atteindre le couple idéal. Et pour cela, nous vivions déjà ensemble depuis plus d’un an et demi.

Cependant, mon entourage voyait que mon couple n’était que source de douleur pour moi, mais je ne voulais pas me l’avouer. J’ai donc sorti de ma vie, les personnes qui me rappelaient la réalité que je ne voulais pas voir. Je suis allée jusqu’à quasiment ne plus rendre visite à ma famille.

Heureusement, cette relation a pris fin : sans prévenir et presque brutalement, l’Homme a rompu. Aujourd’hui, je le remercie d’avoir eu le courage de mettre fin à la relation, car mon ego m’aurait empêchée de passer le cap.

Cette relation ayant pris fin, et avec du recul, je peux maintenant identifier les signes qui montrent quand un couple n’est pas bénéfique:

  • si votre partenaire est irrespectueux envers vous ou votre famille, que ce soit au niveau du langage ou des actes. Devant ses amis, il se permettait d’utiliser ma famille comme exemple pour servir son discours politique haineux, tout en sachant que je ne partageais pas du tout ses idées.
  • si votre partenaire vous dit ou fait des choses qu’en temps normal vous ne cautionneriez pas, mais comme c’est lui, vous lui trouvez des excuses. J’ai été traitée de folle et menacée d’être mise à la porte de nombreuses fois. J’ai dû faire face au fait de ne pas me sentir à l’aise dans ma propre maison et m’étant éloignée de ma famille, je n’osais pas demander de l’aide. Alors j’acceptais toutes nos différences et nos désaccords. J’ai fini par croire que j’étais effectivement folle et que c’était le seul homme pouvant m’accepter. J’étais encore plus attachée à lui !

Je me suis rendue compte du fait que si l’on n’ose pas parler de ce qui se passe dans notre couple avec notre famille ou nos amis proches, il y a de grandes chances qu’au fond de nous, l’on sache que ce qui nous arrive est inacceptable.

Finalement, il vaut mieux accepter de faire des détours dans notre quête du bonheur. J’ai été complètement aveuglée par mon envie d’avoir une famille parfaite, avec mon premier amour. Aujourd’hui plusieurs années se sont écoulées et je n’ai toujours pas de famille parfaite, mais je m’en suis détachée. Je mets mon énergie à être heureuse chaque jour plutôt que dans un éventuel avenir heureux qui semble s’éloigner de jour en jour.

Le couple est une forme d’épanouissement, mais ce n’est certainement pas la seule. Que vous soyez bien engagé dans votre couple ou non, si vous vous sentez mal, vous pouvez toujours partir. Vos amis et votre famille seront là pour vous soutenir, peu importe ce qu’il s’est passé avant, les rancoeurs sont vite oubliées. L’inconnu de la vie en solo peut faire peur, mais quand la situation actuelle n’est plus saine pour vous, il faut savoir se jeter à l’eau : votre bonheur en dépend !

Vous souhaitez partager une de vos expériences, contactez-moi pour déposer votre témoignage sur le blog !  JustineTime 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *