Nous les femmes

C’était vendredi, une journée normale qui commençait. Comme d’habitude, j’envoie un petit message de « bonne journée » à ADMV. Je n’ai pas de réponse. Puis au fur et à mesure de la journée j’envoie d’autres messages. Je n’ai toujours pas de réponses. Je commence à m’irriter et à me dire que quand même, mon cher mari pourrait m’accorder une minute de sa journée pour me répondre. Le temps passe et je n’ai toujours aucune réponse. Après l’énervement vient la panique, et dans ma tête, il y a un tourbillon de choses qui me viennent à l’esprit: « Et s’il lui était arrivé quelque chose? Et si… ». Tout doucement, presque sans m’en rendre compte, je commence à me faire des films. Plus les heures avancent et plus ces films deviennent vrais, ou plutôt je commence à y croire. J’imagine les pires choses: « il ne me répond pas car il est en fait avec quelqu’un, il ne me répond pas car il veut me quitter ». Puis l’heure de son arrivée approche et il tarde à arriver. Et je continue à alimenter mon imagination, et le scénario que je me fais pourrait être adapté à Hollywood. Et vient le moment où enfin mon mari rentre. Je demande des explications et la seule réponse est « Plus de batterie ». La seule cause de toutes mes inquiétudes de la journée résumée en trois mots. Je me suis encore laissée entraîner par mon imagination. Tout ça pour ça. Je l’imaginais parti avec une autre, accidenté sous une voiture, et pour finir rien de tout ça n’était vrai. C’était une journée normale où mon mari avait mis dix minutes de plus à arriver à cause des bouchons.

Vous pourrez le dire, j’ai beaucoup d’imagination. Mais ce n’est pas de la bonne imagination. « Se faire des films » est devenu néfaste pour moi. Que ce soit pour alimenter ma jalousie, mon inquiétude, mes craintes: se faire des films n’est pas bon. Je vais toujours trop loin en pensées et je me gâche la vie pour pas grand-chose. Je pars dans des délires imaginaires, qui me font souffrir d’une part et qui ne sont pas vrais du tout, d’autre part.

Dès qu’un autre vous sourit on a tendance

A jouer plus ou moins bien l’indifférence

On fait tout pour se calmer puis on éclate

On est fous de jalousie et ça vous flatte

Pourquoi, nous les femmes, nous faisons-nous toujours des films à propos de notre conjoint? Il suffit d’un appel manqué, d’un SMS raté, pour que nos cerveaux s’enflamment et cherchent des explications toutes plus incroyables les unes que les autres. Arrêtons de nous faire des films pour un oui ou pour un non, et essayons de faire complètement confiance à notre conjoint. S’il y a réellement un problème, il trouvera bien le moyen de nous contacter.

L’amour ne soupçonne pas le mal

Il y a un passage dans la Bible qui dit « Quand on aime, on n’a pas peur », et cela est vrai aussi pour l’amour que se porte un couple. Quand on aime, on fait confiance. Quand on aime, on ne soupçonne pas le mal. Quand on aime, on s’abandonne à l’autre. Si j’aime mon mari, je peux aussi lui montrer mon amour par mon attitude de confiance envers lui. En commençant par contrôler mes propres pensées pour vivre un amour vrai et sincère.

En prenant le contrôle de mes pensées, je suis peut-être passée à côté de ma carrière de scénariste de films de science fiction, mais j’ai arrêté de me faire des frayeurs imaginaires et de nourrir une jalousie qui n’avait pas de raison d’exister. Et mon conjoint n’en a été que plus reconnaissant…!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *