Ma grossesse, entre utopie et retour à la réalité

Le désir d’avoir un enfant est venu petit à petit comme une évidence: fonder une famille, avoir un « petit nous ». Un enfant est pour moi l’aboutissement de l’amour qu’un couple se porte. Mais avant que l’enfant arrive, il y a une étape: la grossesse. Et celle-ci n’est pas moindre pour la femme! La grossesse, surtout lorsque c’est la première, entraîne tellement de changements pour une femme, que cela influence toute sa vie. Il y a bien entendu les changements physiques et hormonaux, mais il y a aussi les changements sociaux qui s’installent. En quelques mois l’entourage change de comportement et de vision envers la femme qui porte la vie (Ma grossesse et les autres).

Ces changements d’attitude peuvent être positifs aussi bien que négatifs. Cette période est une transition pour la femme: elle passe de jeune femme à jeune maman. Changements qui n’est pas toujours bien vécu par la femme qui est déjà plus sensible que d’habitude. Mais c’est aussi une étape qui est remplie de bonheur et d’émotions nouvelles et qui nous prépare à devenir maman!

Lorsque j’ai su que j’attendais un enfant, mon coeur a bondi de joie, j’étais émue, heureuse. Je n’arrivais pas à retenir mon émotion: j’allais devenir maman!

Et comme toutes les femmes, j’avais imaginé ma future grossesse. Pour moi, elle serait facile : le corps change mais l’on ne prend que du ventre, il y a la prise de poids mais on perd tout en accouchant. Les petits maux de grossesse sont bien évidemment surmontables et pour moi la grossesse se résumait à une seule chose: le bonheur !

Plus la grossesse avançait et plus je me rendais compte de la fausse vision que j’avais de ma grossesse. Non, tout n’est pas surmontable, certains « petits maux » de grossesse ne devraient pas être appelés « Petits ».  Non, la femme enceinte n’est pas toujours heureuse et sereine grâce aux hormones. Et non il n’y a pas que le ventre qui change et qui s’arrondit!  Eh bien sûr : Non l’accouchement n’est pas quelque chose de facile et d’inné. Et puis, j’avais aussi cette impression grandissante, qu’on nous avait menti sur la grossesse, sur la maternité et sur les facilités à devenir mère. Et c’est lorsque j’ai accouché, que j’ai eu cette étrange impression: maintenant que mon bébé était né, les autres mamans pouvaient enfin me partager les souffrances de leurs accouchements et à quel point elles se sont senties désemparées et perdues avec leurs nouveaux nés. J’ai eu l’impression que maintenant que j’étais maman, les autres mères s’autorisaient à me faire part de leurs expériences. Mais pourquoi ne m’ont-elles pas dit tout cela plus tôt ? Avons-nous peur de décourager les futures mamans ?

En tant que maman, et en tant que femme, je trouve important de dire que la maternité n’est pas toujours rose! La femme qui vient d’avoir un enfant ne se sent pas toujours comblée mais se sent aussi démunie face à un nouveau-né qui pleure, ou qui est malade.

Même si la maternité nous comble de bonheur, il arrive parfois que notre bébé nous épuise:

  • Nous pouvons « nous oublier » pour nous occuper au mieux de notre petit bout.
  • Nous constatons que l’allaitement ne se passe pas aussi bien que nous l’aurions pensé, et qu’enchaîner des nuits blanches n’est pas aussi facile qu’on le croit.
  • Nous réalisons qu’un si grand bonheur nous a rendu fragile et sensible.
  • Nous somme fatiguées par tous ces changements qu’entraînent cette nouvelle vie de maman.

    Mais ce qu’il est important de dire aux futurs et jeunes parents, c’est qu’un bébé grandit vite et que petit à petit nous nous adaptons et nous nous habituons à avoir une vie nocturne agitée, à être à quatre pattes pour nettoyer des vomis et à s’endormir à 21 heures avec son bébé sur soi. Et une fois que nous nous sommes habitués à cette vie, nous nous apercevons que nous n’avons plus un nouveau-né mais un petit enfant qui devient autonome.

Je m’adresse à tous les futurs parents: Oui, les premiers mois vont être difficiles et très fatigants. Oui, vous « n’aurez plus de vie », mais tout cela ne dure qu’une période. La vie avec un bébé change très vite et petit à petit vous aurez de nouveau du temps pour vous et pour votre couple. Alors jeunes parents: Soutenez-vous pendant cette période de turbulences, restez soudés et solidaires afin de mieux pouvoir vous retrouver après et trouver un bon équilibre familial.

Une dernière chose, à vous les futurs parents: Oui devenir parents est difficile, mais c’est aussi la plus belle chose qui nous soit arrivée.

2 Replies to “Ma grossesse, entre utopie et retour à la réalité

  1. Comme tu as raison sur pleins de points … La maternité c’est pour moi la chose la plus difficile qui soit. Et je me suis sentie comme toi, trahie, trompée par toutes ces mères qui ne faisaient que dire qu’avoir un enfant c’est merveilleux.
    L’allaitement, en voilà une belle blague aussi … pour ma première tout s’est mal passé. J’ai finalement fait une mastite suivie d’un staphylocoque doré, au lit pendant plusieurs jours et sous antibio.
    Mais une chose est certaine, c’est la plus grande aventure de ma vie 💕

    1. Merci pour ton commentaire ! Oui je pense que toutes les mamans seront d’accord pour dire que c’est la plus belle et grande aventure d’une vie ❤️
      Je ne savais pas que c’était possible d’avoir un staphylocoque doré suite à l’allaitement….ça n’a pas dû être facile!!
      J’écris aussi sur l’allaitement, si tu veux partager ton expérience : allaitement 🙂
      Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *